SUIVEZ-NOUS EN VOUS INSCRIVANT À NOTRE INFOLETTRE!

Article de Catherine Bouquine sur mon livre Usure de compassion

USURE DE COMPASSION : JUSQU’OÙ ALLER SANS SE BRÛLER?

Même si l’usure de compassion est un sujet totalement éloigné de ma réalité actuelle, j’ai trouvé cette lecture fort intéressante. Cela m’a permis de comprendre le quotidien de ces gens qui choisissent de devenir proches aidants. À travers 18 témoignages de proches aidants, de bénévoles et d’intervenants, j’ai pu apprendre la définition de l’usure de compassion, ses symptômes et les solutions pour s’en protéger. Quand l’auteure mentionne que l’usure de compassion est un mal insidieux, difficile à percevoir, je trouve que c’est le cas aussi pour de nombreuses autres maladies mentales dont nous entendons très peu parler. Lorsque nous connaissons les symptômes, c’est ainsi que nous pouvons mieux reconnaître notre souffrance et faire un pas vers la guérison.

Ce livre est vraiment un guide pratique où des exercices peuvent être complétés afin d’aider les gens à réfléchir sur leur rôle de proche aidant. J’ai aussi beaucoup aimé la section qui indique la différence entre l’usure de compassion, l’épuisement professionnel, la dépression et le traumatisme vicariant. Ces définitions doivent sûrement permettre à de nombreuses personnes de bien identifier leur propre situation et ainsi comprendre ce qu’ils vivent. À mon avis, le fait que l’auteure a bâti le livre autour de 18 témoignages doit rassurer le lecteur. Si j’étais proche aidante, je me dirais : « Je ne suis pas seule. D’autres personnes ressentent ce que je vis. C’est normal. » De plus, nous pouvons y retrouver des ressources si jamais le lecteur doit demander de l’aide.

Selon moi, nous devrions avoir un cours sur la santé physique et psychologique à l’école. Lorsque nous quittons le secondaire, nous ne sommes pas outillés sur ce plan. Si nous avions un cours, au moins pour reconnaître les symptômes que ce soit de l’usure de compassion, la dépression, l’épuisement professionnel ou l’anxiété, nous serions plus portés à observer notre corps et à prendre soin de nous. Mais, bon, je m’éloigne un peu!

Somme toute, j’ai bien apprécié cet ouvrage de Madeleine Fortier et je suis contente de m’être familiarisée avec cette forme d’épuisement qu’est l’usure de compassion.

Pour vous procurer Usure de compassion Jusqu’où aller sans se brûler?

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés